Cliquer sur les images pour un plein écran ou les liens pour plus d'information.

Actualité

Ateliers de méditation


Lettre du 23 mai 2020

Très chères amies et cher ami bonjour.

 

Je commence ce nouveau courrier en reprenant les mots avec lesquels j'ai terminé le précédant : « Une autre voie s'ouvre à nous et nous sommes cette voie, une autre vie nous appelle, et nous sommes cette vie ».

 

Une autre voie s'ouvre à nous...nous ne connaissons pas encore les répercussions mondiales de la pandémie sur l'organisation de nos sociétés capitalistes, ni la manière dont cela va affecter nos vies mais nous pouvons d'ores et déjà anticiper les changements qui s'annoncent comme une nouvelle vie, cette vie que nous sommes et il nous appartient de résolument faire le choix du changement comme une opportunité à saisir.

 

Qu'en est-il de notre groupe d’ateliers de méditation ?

 

Dans mon dernier courrier je posais la question de leurs reprises. Depuis d'autres éléments permettent de se poser la question de manière un peu réaliste.

 

Les reprendre à mon cabinet comme je l'avais espéré s'avère difficile. Difficile à 8-9 ou 10 de respecter les distances, les règles d'hygiène réglementaires lors des réunions professionnelles qui en sont le cadre. De plus le port du masque, l'interdiction de se toucher « imaginez, même pas la bise de l'arrivée et du départ !» Impensable n'est-ce pas ? Et que dire des gants pour les viennoiseries, pire encore !

 

Pour sortir de ce cadre contraignant, très généreusement Anne proposait de nous retrouver en plein air derrière chez elle... A première vue l'idée est sympathique, on imagine une belle matinée ensoleillée avec un petit vent doux !!! Et puis, Christine nous le rappelle, là encore les règles : cinq mètres entre les uns et les autres..., nous pourrions peut-être échanger un peu en criant ..., mais pour la méditation ?

 

Il semble que nous allons devoir attendre encore, probablement jusqu'en septembre comme le suggérait Jean-Claude, ou attendre la réouverture des restaurants, qu'en dis-tu Julie ?

 

En attendant voici ce que Christine et moi vous suggérons pour rester en lien pendant le mois de juin en espérant que cela nous conduira sereinement jusqu'en septembre.

 

Tous les 3 ou 4 jours Christine et moi-même vous proposeront un texte court, une citation qui nous a touchées en expliquant pourquoi et comment et en vous proposant de dire ce qu'il en est pour vous. Un échange libre, tranquille, une occasion d'exprimer ses pensées, ses croyances, ses émotions, sans crainte d'être jugé, sans peur de se dire.

 

Voici un exemple, cette phrase du discours de Martin Luther King généreusement apporté par Marie :

 

« Je crois que la vérité et l'amour sans condition auront le dernier mot effectivement. La vie même vaincue provisoirement, demeure plus forte que la mort ».

 

En cette période de pandémie, avec la mort qui rôde, j'aime entendre dire que la vie est plus forte que la mort. Cela m'apporte l'espoir que cette pandémie et les souffrances atroces qu'elle impose à des millions de personnes, n'aura pas été en vain, que l'humanité dans son ensemble et particulièrement les personnes de pouvoirs, auront le courage, la sagesse de tirer la leçon de ce drame et reviendront aux valeurs fondamentales dont la recherche du profit, du « toujours plus » nous a éloignés, le vivre ensemble le plus profondément et le plus humainement possible, notre vie d'Homme.

 

C'est à vous…au plaisir de vous lire.

 

Pour renouer avec « l'apprivoisement de notre buffle », laissé en cours de route et que nous reprendrons dès que possible, ce magnifique texte basique de Jean-Yves Leloup : « méditation et thérapie »

« Prenez bien soin de ce morceau d'univers qui vous est confié : Votre Corps »

 

Christine et Noëlle.



Lettre du 11 mai 2020

 Très chères amies et cher ami bonjour.

 

Aujourd'hui est un grand jour dont on se souviendra, en effet tout arrêt est une occasion d'observer et d'apprendre.

 

La levée partielle du confinement, après toutes ces semaines d'inactivité forcée et vécues de manière tellement différentes a bouleversé notre monde.

 

De nombreuses questions se posent. Or il semble qu'à ce jour aucune ne trouve de réponse claire, tant d'avis se superposent, se contredisent, mais le problème est si complexe qu'aucune ne peut le circonscrire et nous devrons continuer à vivre dans l'incertitude probablement très longtemps car la crise peut inaugurer le totalitarisme ou la solidarité, tout en gardant CONFIANCE.

 

Car il s'agit bien de cela, garder confiance dans la vie et dans nos capacités à faire face à trouver les réponses adaptées aussi bien au niveau individuel, qu'à celui de la société. De nombreux écrits l'attestent souvent de manière si extrémiste qu'il est difficile de faire la part des choses.

 

Ce minuscule virus est en train de mettre en évidence tous les dysfonctionnements de l'être humain dans sa relation à la planète qu'il habite, dans les sociétés qu'il a organisé et qui nient (pour la plupart) l'individu dans ses besoins les plus profonds, besoins matériels, physiques, affectifs et spirituels.

 

Boris Cyrulnick, dès le début du confinement avait nommé le risque, de glissement possible vers une dictature. En effet l'insécurité dans laquelle nous vivons recherche un soulagement, même à ce prix, et on peut voir sur Internet nombre de ces hommes avides d'occuper cette place.

 

Tant de choses pleines de générosité, d’intelligence, d'amour de créativité viennent heureusement contredire cette tendance et nous avons raison d'espérer en un changement positif d'autant plus que nous nous sentons déjà engagé dans cette démarche. Et qu'elle est-elle ?

 

Tous les sages du monde l'affirment et c'est très simple : « Il suffit de balayer devant sa porte ». Qu'est-ce à dire ?

 

D'abord me poser la question des changements vers lesquels je souhaite aller dans ma propre vie, pour moi-même, ce que je ne veux plus et ce que je voudrais, ainsi que des moyens extérieurs et intérieurs pour les mettre en place. Simple à dire mais plus difficile à réaliser.

 

Le groupe que nous formions avant ce bouleversement représente un lieu sur lequel nous pouvons nous appuyer pour travailler à ce changement parce que, nous le savons par expérience, même ce que je veux le plus ardemment trouve très souvent, dans sa réalisation, des oppositions d'une sorte ou d'une autre et le dire, dans un lieu de confiance, aide à faire la part des choses en l'éclairant différemment (voir la réflexion de Gaël GIRAUD en bas de page).

 

Le déconfinement, nous l'avons vu, nécessite d'accepter le changement pour rester dans la confiance, aussi je vous propose de changer l'organisation et le fonctionnement de notre groupe. Chacun des participants pourrait proposer, d'une séance sur l'autre, soit un thème de travail qui l'intéresse, le message d'un sage ou maître, une méditation qu'il aime, ou souhaiter parler d'un problème particulier qui le préoccupe ou écouter ensemble une chanson (en ce moment je redécouvre les Beatles :la chanson « Imagine » par exemple, imagine que les gens décident de s’aimer !!! Et aussi « love is everything you need » tellement vrai ou bien revenir à notre chanson : « Savoir aimer » de Florent Pagny, et les vôtres, quelles sont-elles ?... Bref, le champ est vaste et libre d'accès si le cœur vous en dit, sans oublier les repas au restaurant évidemment !

 

Voilà ce qu'il me tenait à cœur de vous dire aujourd'hui, très chères amies et cher ami et j’espère de vos nouvelles à ce sujet et d'autres si vous le désirez. Il me tarde de pouvoir reprendre nos réunions lesquelles, à mon sens, vont dans le sens d'une aide aux changements qui s'annoncent, sans démagogie ni mysticisme, seulement l'apprentissage du vivre ensemble le plus profondément et le plus humainement possible, suffisant pour une vie d'Homme mais aussi piédestal pour une action juste et authentique.

 

Un proverbe Chilien que je découvre : « Les gens te pèsent ? Ne les porte pas sur tes épaules, prends les dans ton cœur. ». Vous ne me pesiez pas, bien au contraire, mais aujourd'hui je vous prends dans mon cœur, et j'emprunte au texte de Jean Bousquet ces mots magnifiques pour vous dire au revoir : une autre Voie s'ouvre à nous, et nous sommes cette Voie, une autre Vie nous appelle, et nous sommes cette Vie.

 

Noëlle, Christine.

 

A lire : « Le manuel de survie 2020 » de Luc Bodin.

 

Réflexion de Gaël GIRAUD, Directeur de Recherche au CNRS :

Les craintes que nous avions se confirment : cette terrible pandémie va bouleverser brutalement notre modèle économique et social. Avec le risque d’ouvrir une longue période d’austérité, comme le souligne Gaël Giraud. Alors, comment les citoyens peuvent-ils faire de cette crise une opportunité pour changer la trajectoire de notre modèle de développement et de consommation ? Comment passer d’une décroissance subie à une décroissance choisie et accompagnée ? À ces questions qui s’imposeront à tous, notre invité nous propose une méthode : revenir à l’essentiel de nos besoins et remettre les relations humaines au cœur des politiques de transformation.