Cliquer sur les images pour un plein écran ou les liens pour plus d'information.

Actualité

Ateliers de méditation

Lettre du 24 juillet 2020

Bien chères amies et cher ami bonjour.

Après ce goûter bien sympathique où même les absents étaient présents, accueillis généreusement par Anne nous pouvons nous considérer en vacances. Mais qui dit vacances dit...rentrée, n'est-ce pas ? Aussi, avec Christine nous l'avons fixée au dimanche 13 septembre 2020 jour de la St. Aimé, pouvions-nous faire mieux ?


Pendant ces deux mois il est probable que des changements seront à prendre en compte dans notre vie à même de modifier notre climat intérieur. Aussi la
question à l'ordre du jour de notre goûter chez Anne sera plus cruciale encore :
« Que me faudrait-il changer dans ma vie pour qu'elle soit plus riche, plus épanouie, plus en accord avec mon être profond ? Pour être celle que je suis déjà. Si ce n'était pour la peur qui me retient, quelle femme, quel homme aimerais-je devenir ? Dans quel monde aimerais-je vivre ? Et comment pourrais-je participer à son advenir ?

Les réponses à ces questions sont individuelles par essence et cependant, excepté pour les évidences, nous avons besoin de la distance que procure le point de vue des autres, de l'autre, d'un autre pour accéder aux changements nécessaires et le travail en groupe est la situation idéale pour bénéficier de cette aide.


Dire mes peurs, afin de les relativiser, découvrir les croyances qui m'enferment afin de gagner suffisamment de liberté intérieure pour permettre le changement, et cela avec l'aide du non jugement et de la bienveillance du groupe que nous connaissons bien maintenant.
Pour ce faire nous pourrons continuer à apprivoiser le buffle (nous l'avons laissé à la quatrième étape : son apprivoisement) nous pourrons aussi revenir aux paroles de la chanson de Florent Pagny (Savoir aimer), ou vous inspirer de ce texte d'AMENA : (la nourriture la plus stimulante pour vous c'est d'accomplir votre rôle...).
Ainsi trois options sont possibles parmi lesquelles vous pouvez choisir celle qui vous touche le mieux, ou encore venir avec votre propre choix et le proposer au groupe, ou venir confiante sans rien préparer et quel que soit l'option notre proposition est de partager l'animation de notre groupe comme nous l'avions évoqué précédemment.

Chères amies et cher ami nous vous souhaitons un très bel été, intérieurement vivant, en deçà, au-delà des limites et conditions extérieures, avec la perspective de nous retrouver avec le plus grand plaisir et notre plus chaleureuse attention.


Christine et Noëlle.


Lettre du 2 juillet 2020

Très chères amies et cher ami bonjour .

 

Le confinement est levé de puis plus de six semaines et nous vivons toujours en temps de catastrophe. Impossible de retrouver les anciens repères ni de s'en fabriquer de nouveaux parce que les informations qui nous parviennent sont incomplètes ou contradictoires.

 

Comment vivre dans ce climat d'insécurité ? Nous aimerions oublier mais le virus est encore présent et nous sommes invités officiellement à nous en protéger. Le port du masque obligatoire nous informe que soit nous représentons un danger pour les autres soit ils le sont pour nous et il est très difficile de l'oublier sans risquer d'être dans un déni potentiellement néfaste aussi bien sur le plan physique que psychologique.

 

Ce déni nous est déjà bien connu, nous le pratiquons depuis si longtemps avec la toute puissance de la médecine et des médicaments, la mort est occultée dans notre société. L'arrivée de la pandémie la ramène à sa juste place celle du compagnon de route qu'elle est de fait pour chacun, un compagnon vivifiant et porteur de Vie ainsi que le disent Jean-Yves Leloup et tant d'autres : « Cela semble un paradoxe : en excluant la mort de sa vie on se prive d'une vie complète, et en l'y accueillant on élargit et enrichit sa vie » ce qui n'exclut pas bien au contraire de la vouloir aussi longue que possible.

 

Autre observation, notre société est entrée dans un esprit partisan, soit on est "fan" soit on est contre, il n'y a aucune nuance, on est soit manipulés, complotistes ou extrémistes !

 

Or, nous savons, toutes les sagesses l'ont reconnu, toute chose et en particulier les Hommes, ont toujours deux aspects : le bien, le mal, la face lumineuse et la face obscure et qu'il lui est donné à sa naissance la possibilité de la liberté de choix.

 

Nous savons aussi qu'elle nous est souvent inaccessible, cachée derrière nos conditionnements et pourtant, à chaque instant le choix de la manière de le vivre est possible. N'est-ce pas extraordinaire ? Mais si cette possibilité nous est offerte elle n'est pas garantie, nous avons à l'actualiser par un travail sur nous-même.

 

Dans un entretien d'avril Boris Cyrulnick nous invitait à « profiter » de cette catastrophe pour changer notre vie en changeant notre manière de vivre ensemble. Cela ne signifie-t-il pas de changer notre manière de nous considérer nous-même afin d'être capable de considérer l'autre différemment?

 

Compte tenu de la situation nouvelle que nous vivons nous pouvons profiter du dérangement qu'elle provoque dans nos vies pour changer notre manière de vivre pour la rendre plus belle, plus satisfaisante, plus conforme à notre désir secret.

 

le moment est alors peut-être venu de chercher à « réaliser une partie de nos rêves » comme il le dit aussi et qui consiste à se poser aujourd'hui la question : Quel est mon rêve ? Quel est votre rêve ? L'opportunité est trop belle pour l'ignorer. Et j'imagine, je rêve ? que lors de notre prochaine rencontre chacun de nous puisse mettre dans « un chapeau » un papier sur lequel il aura écrit son rêve. Mettre des mots, oser les dire, les échanger, c'est déjà donner un peu de réalité à ce rêve et un peu de choix de vie, de liberté gagnée, qu'en pensez-vous ?

 

Dans l'attente de la réjouissance de nous retrouver, recevez très chers amis nos pensées et sentiments les plus chaleureux.

 

Christine et Noëlle.