liquer sur les images ou l’cône pour un plein écran, une éventuelle vidéo , l’icône PDF pour un document à enregistrer ou les liens pour plus d'information.

Actualité


Atelier de méditation du samedi 4 janvier 2024 à 9h.

Cet atelier clôturera le cycle sous cette forme et s'ouvrira en février avec une nouvelle formule (information détaillée à suivre)


Partage avant le dernier atelier de méditation de l'année en novembre 2023

 Thich Nhat Hanh.

L'AMOUR  EST ORGANIQUE;

 

 L'amour est vivant et il respire.  Il n'y a aucun besoin de le pousser à grandir dans une direction particulière.  si nous commençons par être indulgents et doux avec nous-mêmes, nous découvrirons qu'il est juste là, à l'intérieur de nous, solide, et qu'il nous guérit.

 Jean Yves Leloup. octobre 2023

« On récolte ce qu'on sème. »

 

Faut-il rappeler encore ces évidences « On ne sort pas de la violence par la violence », que ce soit la violence des pensées, des paroles, des comportements qui précèdent la violence des armes.

On récolte ce qu'on sème ».

Qui sème la violence ne peut récolter que la violence.

Tuer un autre, quel que soit cet autre, c'est se tuer soi-même  Il n'y a pas d'autre réalité que la Réalité (lâ ilaha ilia Allâh).

Le Réel est Un ( Adonaï Ehad).

Quelle que soit la langue d'où on parle, parole reprise par les sages d'orient et les

scientifiques contemporains : tout est Un, interrelié, interdépendant, intriqué.

Suffit-il de se taire (de tout son corps, de toute son âme, de tout son esprit), de méditer un quart d'heure pour comprendre cela ?

Revenir ainsi à la conscience de ce qui est (cosmos, humanité, divinité sont le Réel un et infini).

Un être conscient de « Cela » ne peut plus faire la guerre. Il laisse les larmes et il baisse les armes devant l'évidence de la Vie partagée (inappropriable)…

On peut se faire tuer sans perdre conscience.

On ne peut pas tuer sans perdre conscience, sans perdre la vision ou la vue que l'autre c'est le Réel.

Arrêtons de nous tuer les uns les autres et nous détruire nous-mêmes, en pensées, en paroles, qui nourrissent la branche armée de nos actes.

N'est-ce pas par là qu'il faut commencer ?

Y a-t-il une autre issue, en attendant d'être plus profondément conscient, assez intelligent pour nous aimer les uns les autres et célébrer ensemble dans une intercontinentale des consciences, le Réel un et infini ?


Atelier de méditation du lundi 9 octobre 2023 à 18h.


Atelier de méditation dinatoire du lundi 11 septembre 2023 à 18h.

Jean Yves LELOUP et la fondation KAIROS.


Partage en attendant la rentrée...

Citation tirée du livre "Faire de sa vulnérabilité une force" écrit par Pema CHÖDRÖN.

"dit, accepter ne signifie pas aimer. Accepter un sentiment que nous associons habituellement à l’inconfort ne signifie pas que nous allons immédiatement changer d’avis et y prendre plaisir. Cela signifie l’admettre comme élément de l’existence humaine. Cela signifie comprendre que, si nous voulons devenir des êtres humains pleinement éveillés, nous devons apprendre à ne fuir aucune expérience humaine, à n’en rejeter aucune. C’est comme accepter le temps qu’il fait. Nous préférons peut-être le soleil à la pluie, le printemps à l’hiver, mais nous acceptons fondamentalement le temps qu’il fait et les saisons telles qu’elles sont. Donc, pour ma part, je me suis engagée à m’efforcer de modifier mon regard sur moi-même et sur les autres. Cela suppose d’abord d’entrer en contact avec le sentiment qu’il y a quelque chose de mauvais en moi, puis de chercher à assouplir ce sentiment en l’envisageant avec tendresse. J’ai fini par apprendre à laisser les choses exister. Si chacun de nous peut changer son regard sur soi-même, cela peut servir de base à une culture où personne ne désespère de soi-même ou des autres. Et c’est certainement ce dont nous avons plus que jamais besoin. Il me semble même possible d’affirmer que le regard de chacun sur soi-même déterminera l’avenir du monde. L’agressivité proliférera-t-elle à la surface de la planète ? Ou bien, au contraire, la paix et l’harmonie s’épanouiront-elles ? Tout dépend de ce que nous, citoyens du monde, pensons de nous-mêmes. Trungpa Rinpoché soulignait que nous nous trouvons à un carrefour. D’un bout à l’autre de la planète, on le voit, il y a beaucoup de violence, de polarisation, de souffrance et de dégradation de l’environnement. On a l’impression que la situation échappe à notre contrôle. Face à cet état de choses, nous pouvons réagir par la peur, l’agressivité et l’égoïsme, mais nous pouvons aussi laisser parler notre bonté fondamentale, immense et ouverte, toujours consciente mais dépourvue de toute signification ajoutée. Notre réaction déterminera l’orientation que prendra le monde. En tant que citoyens du monde, nous pouvons aider les choses à prendre la direction de la sagesse, de l’amour et de la compassion."


Atelier de méditation dinatoire du lundi 3 juillet 2023 à 18h.

Atelier exclusivement réservé en 1h30 de méditation dirigée avant un repas débat...


Atelier de méditation dinatoire du mardi 23 mai 2023 à 18h.

Sur le thème :

"Pertinence d'un atelier de méditation avec quel(s) objectif(s) ? "

 

Bien chères (s) amies (s) bonjour...

 

Cette citation de Christiane Singer, qui les résume toutes, pour vous rappeler notre RV spécial de mardi 23 mai 2023 à 18h..

"Aimer exagérément, c'est la seule bonne mesure ! ".

Et j'ajouterai: "Et apprendre à reconnaître cet amour en moi".

À mardi amies (s)...

 

Noëlle.


Atelier de méditation du dimanche 23 avril 2023.

 Bien chères amies Bonjour.

 

« Combien de terres sont devenues des déserts à cause du manque d'eau ! L'eau c'est la vie qui circule, laissez donc couler l'eau, vous verrez comme tout trouvera sa place.

 Laisser couler l'eau, cela signifie ne jamais cesser d'aimer. Quoi qu'il arrive, ne fermez jamais votre cœur car c'est alors le désert que vous laissez installer en vous.

 Les autres n'ont peut-être pas besoin de votre amour, mais vous, vous avez besoin d'aimer »

                                                                                                                                                Omraam Mikhaël Aïvanhov.

 Touchante cette citation n'est-ce pas ? Parce que nous la sentons très juste au fond de nous, et par chance, son apprentissage est l'objectif de notre atelier…

 Aussi je vous espère et attends ce dimanche 23 pour apprendre le pratique.

 De cœur à cœur…

 

                                                                                                                                                                      Noëlle.

 


Atelier de méditation du dimanche 19 mars 2023.

Très chers amies et amis,

Dans la lettre d’invitation à l'atelier de janvier, je vous disais L'importance pour nous, « citoyens du monde », de prendre la direction de la sagesse afin de participer à notre mieux-être et à celui du monde.

Ce texte de Catherine Aimelet Périssol « un désir fou d'être en lien » est profondément touchant.

Oui, embarqués que nous sommes dans un avenir chaque jour plus incertain, nous avons grand besoin d'être en lien. « Nous sommes accrochés au lien comme une nécessité vitale » écrit-elle.

Un désir fou d'être en lien

Entendre un proche, qu'il fasse parti de son entourage familial, amical ou professionnel, exprimer un ressenti de manque de lien est sûrement familier au lecteur.

Les mots qui racontent l'absence, la distance de l’autre ? Jamais là, trop occupé, égoïste, distant, pas assez attentionné, froid…

Les mots qui racontent le ressenti ? Abandonné, seul, inexistant, oublié, inintéressant, mort, exclu, perdu…

Aucun doute à avoir ! A écouter ces mots, l'humain est un animal social et il apparaît évident nous avons toutes et tous besoin de lien.

Mais de quoi parlons-nous plus précisément quand nous réclamons du lien ou ressentons son absence ? Nous sommes évidemment tentés d'en chercher les causes dans quelques souvenirs passés de nos rapports aux autres, même si nous avons compris que nos souvenirs sont remaniés, fictionnés au fil du temps et de l'usage que nous en faisons. N’empêche, nous sommes accrochés au lien comme une nécessité vitale. Normal du point de vue de la mémoire de survie du nourrisson que nous avons été. Démesure du point de vue de l’adaptabilité de l'être en vie que nous sommes et de sa croissance.

Et si nous laissions parler la logique de nos émotions pour nous guider, telle une boussole pour donner un sens vivant à ce désir ?

 « Et si mus laissions parler la logique de nos émotions pour nous guider, telle une boussole pour donner sens vivant à ce désir ?»

Dans un premier temps votre boussole n'hésitera pas à vous diriger vers Cerville, vers ce Lieu où noves essayons de partager des Liens d'une grande qualité et où La suite du texte nous apportera quelques indications afin de mieux comprendre ce besoin ainsi que la possibilité d'y trouver réponse satisfaisante.

Alors, si vous Le voulez bien, retrouvons-nous ce dimanche 19 février à l'heure habituelle.

De cœur à cœur à bientôt donc.

Noëlle


Atelier de méditation du dimanche 15 janvier 2023.

Très chers amis et amies bonjour,

Nous voici au début d'une nouvelle année, dans une période de grands changements que nous pouvons constater chaque jour dès le lever du jour ainsi que dans les journaux.

Cet état de fait est, en soi, anxiogène, et il l'est plus encore si nous nous sentons

impuissant à y changer quelque chose. Or, nous ne sommes pas impuissants, ce texte extrait du livre « faire de sa vulnérabilité une force » écrit par Pema CHÒDRÒN nous offre une direction à prendre :

 

« Si chacun de nous peut changer son regard sur soi-même, cela peut servir de base à une culture où personne ne désespère de soi-même ou des autres. Et c'est certainement ce dont nous avons plus que jamais besoin. Il me semble même possible d'affirmer que le regard de chacun sur soi-même déterminera l'avenir du monde. L'agressivité prolifèrera-t-elle à la surface de la planète ? Tout dépend de ce que nous, citoyen du monde, pensons de nous-même. Trungpa Rinpoché soulignait que nous nous trouvons à un carrefour. D'un bout à l'autre de la planète, on le voit, il y a beaucoup de violence, de polarisation, de souffrance et de dégradation de l'environnement. On a l'impression que la situation échappe à notre contrôle. Face à cet état de choses, nous pouvons réagir par la peur, l'agressivité et l'égoïsme, mais nous pouvons aussi laisser parler notre bonté fondamentale, immense et ouverte, toujours consciente mais dépourvue de toute signification ajoutée. Notre réaction déterminera l'orientation que prendra le monde. En tant que citoyen du monde, nous pouvons aider les choses à prendre la direction de la sagesse, de l'amour et de la compassion ».

 

Rien à ajouter, apprendre la sagesse et la compassion n'est-ce pas, chers amis et amies, ce vers quoi nous tendons en nous retrouvant tous les mois comme nous allons le faire bientôt ?

 

De cœur à cœur, à bientôt donc;

 

Noëlle.













Massage avec Christian HIERONIMUS les 30 et 31 octobre 2021.

Les séances de massage ont eu lieu de 10h à 12h et de 13h à 18h à mon cabinet au 2 rue de l'Église à Cerville.

Ces massages se sont déroulés sur deux journées et ont connu un franc succès. A la demande des participants Christian HIERONIMUS a accepté de renouveler régulièrement  cette opération.