Cliquer sur les images pour un plein écran ou les liens pour plus d'information.

La Méditation

 La méditation pourquoi ?

 

La méditation n’est pas de la relaxation, elle n’est pas une prière, pas davantage un moyen de se sentir mieux et en même temps elle est tout cela à la fois. Salim Michaël la définit ainsi dans son livre « les obstacles à l’illumination »:

 «Le but de la méditation est d’arriver à dépasser un certain seuil en soi-même pour atteindre un état de profonde immobilité et de silence intérieur qui seul peut permettre au chercheur de reconnaître un jour l’infini qui l’habite ».

Cela étant dit il est évident que les choses ne se font pas en un jour, même s’il arrive que des personnes vivent l’éveil sans l’avoir recherché, du moins intentionnellement. Et même dans ces cas il reste un travail à faire, celui d’intégrer dans le moi ordinaire l’extraordinaire de l’expérience, de réunifier la personnalité et l’essence en eux-mêmes. Ce travail à faire est celui de la connaissance de soi. C'est-à-dire de connaître la personne que je suis afin qu’elle ne soit pas un obstacle à cette réunification. Ce travail est aussi celui de toute personne qui reconnaît au plus profond d’elle-même le besoin de devenir ce qu’elle est vraiment.

 

Je suis certaine que vous-même, comme moi, avez déjà expérimenté la difficulté de faire cet acte, si simple pourtant de s’asseoir un moment et de ne RIEN FAIRE. Ne rien faire c’est pourtant ce à quoi je souhaite si souvent me prêter ! Enfin ne rien faire ! me reposer enfin ! Arrêter cette machine qui n’arrête pas de me dire que j’aurais dû faire cela, et que je n’aurais surtout pas dû faire cette autre chose ! Bref, je ne suis jamais satisfaite ou en paix ni avec moi même et encore moins avec cet être que je suis vraiment. Je suis mon propre obstacle à la réalisation de moi-même.

 

C’est pourquoi le travail que j’évoquais tout à l’heure doit reposer sur les deux aspects de la personne. Faire effort de concentration avec les exercices de méditation, comme le disent tous les maîtres et apprendre à déjouer les obstacles que la personne ne peut pas faire autrement (nous verrons plus loin pourquoi) d’ériger sur le chemin.

De quoi sont fait ces obstacles ? Ils sont fait, et je le sais au fond de moi, de toutes les souffrances, les fausses croyances, les peurs, tous ces mécanismes que l’enfant en moi a dû mettre en place afin de se protéger des influences de l’éducation et qui lui ont permis de survivre, mais parfois avec un prix à payer très lourd. Là encore nous le savons bien, le sentiment d’être prisonnier de l’éducation de nos parents, de notre milieu social etc...

 

Alors la méditation Pourquoi ? D’abord pour une forme de libération, d’ouverture de la personne, ce qui bien sûr me rendra plus heureux puisque davantage moi-même et nous rejoignons là l’aspect thérapeutique de la méditation, et puis peut-être surtout, pour nourrir ce besoin à la fois si proche et si étrang, de rejoindre cette autre profondeur en moi.

 Noëlle JACQUEMIN

 Face au stress, à la complexité des relations familiales ou professionnelles nous avons parfois l’impression de ne plus savoir où nous poser en nous-même pour reprendre pieds. Le mental (le serviteur qui s’est pris pour le maître) s’affole à chercher des solutions, oubliant cette évidence : où mieux qu’avec et dans le corps se poser, se reposer ?

C'est le corps qui fait la différence entre réflexion et méditation, dit Christophe André.

Considérée longtemps comme étant une activité réservée aux personnes éprises de spiritualité, nous savons maintenant qu'elle est bénéfique et efficace pour diminuer stress et anxiété, procurer calme et détente.

 Elle est utilisée en milieu hospitalier depuis des décennies aux USA et arrive en France très rapidement tant les résultats scientifiques sont indubitables, la méditation : ça marche.

Pourquoi travailler la méditation en groupe alors qu’elle est, en premier lieu, une pratique solitaire ?

Tout simplement parce que si méditer est d’une grande simplicité cela n’exclut pas que sa pratique rencontre des résistances, celles que l’on rencontre dans tout processus de changement, et que le travail en groupe multiplie l’efficacité des échanges.

Comment : avec des temps de pratique : des exercices doux de respiration consciente, des mouvements lents effectués debout ou assis, de la relaxation guidée , la découverte des nombreuses formes de méditation afin de trouver celle qui nous convient le mieux.

Des temps de paroles afin d’échanger sur nos découvertes, sur nos résistances.